:: Floodouland :: Mémoire du passé :: Anciens RP's Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une soirée des plus intéressante...[Toranosuke Yuki]

Ryu Leiko
Ryu Leiko
Civil - Rang A
Messages : 14
Ryo's : 335
Date d'inscription : 31/10/2017
Age : 28
Localisation : Kiri
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 9 Nov - 21:48

Toranosuke Yuki And Leiko Ryu




*J’étouffe… j’en ai marre…*

La vie dans le clan Yuki était assez étouffante pour la fille du Mizukage… Les coutumes étaient nombreuses, la seule chose que désirait faire Leiko, c’était vivre sa passion, partir faire des recherches où passer du temps avec son mari, mais celui-ci était toujours fourré ailleurs… Son père le sollicitait un peu trop… Toujours à lui parler du village de Kiri, comme si, il désirait que Tora devienne son successeur, mais son paternel était encore en bonne santé et assez loin de se retirer du pouvoir. En bref, Leiko se sentait délaisser et vivre seule dans cette maison froide… C’est donc pour cela que la jeune femme, prit la peine d’attraper son sac, ses couteaux et son manteau… Sortant par la fenêtre de chez elle, évitant pour cela les quelques villageois du clan Yuki qui trainaient devant sa maison.  Sautant agilement vers un coin sombre. Quand elle vit que la voie était libre, celle-ci n’hésita que très peu de seconde à sortir de sa cachette. Remettant sa capuche sur sa tête. Cachant son visage aux yeux de tous… Sortant de l’enceinte du clan, elle décida qu’un tour près du rivage de l’écume, souhaitant prendre un bon bol d’air, mais également reprendre ses recherches.  Ne voulant pas se faire surprendre, la jeune femme déposant un petit piège non loin du chemin, enroulant une fine corde, aussi fin qu’un fils de pêche autour d’un « kunai », avant de le planter dans le sol caché dans des herbes, puis fixa l’autre bout a une distance d’un mètre. Une fois qu’elle eut terminée, Leiko se dirigea vers le bord de la rivière, observant le courant tout en plongeant dans ses pensées… Depuis qu’elle avait épousé Toranosuke, la fille du Mizukage n’avait pas beaucoup passé de temps avec lui, il ne rentrait que rarement a la maison, lui donnant l’illusion de vivre seule dans une maison trop grande. Limite, leur relation était beaucoup plus proche avant qu’ils n’échangent ses alliances…

Leiko secoua la tête de gauche à droite, avant d’ôter son manteau, laissant sa longue chevelure bleue flotter au vent, dévoilant son accoutrement, un haut de kimono, avec en dessous un pantalon de combat fin, lui collant a la peau, lui faisant une protection contre d’éventuelle écorchure où blessure. A sa taille, on pouvait voir une ceinture médicinale, pratique, celle-ci renfermait des produits et quelques lotions de sa conception, qui servait au soin primitif et d’autres choses aidant à lors d’une intervention rapide et efficace. La jeune femme s’abaissa près de l’arbre le plus proche, ayant repéré des herbes médicinales, recueillant avec soin ces précieuses plantes. Dans sa formule contre un poison assez rare, seulement créé dans le village de Kiri donc le Mizukage avait le secret.  Leiko ne sentit pas que quelqu’un approchait d’elle, tellement absorbé par sa récolte. Etait-ce une menace ? Ou bien, seulement un soldat de la garde de son père, qui la faisait surveiller quelques fois ? ou encore mieux était-ce un membre du clan Yuki, qui avait fini par la repérer ???
Citation
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Toranosuke
Yuki Toranosuke
Civil - Rang A
Messages : 81
Ryo's : 457
Date d'inscription : 08/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Nov - 13:28
Une ombre dans les arbres.
«La traîtrise qui m'a été fait ne restera pas impuni.»

Je me retrouvais dans les airs, allant d'arbres en arbres afin de rentrer dans ma demeure. Cela faisait quelques jours que je n'étais pas rentré, voir même semaines. Je n'avais pas vraiment la notion du temps avec toutes ces dernières missions et réunion sur l'avenir du village avec le Sandaime. D'ailleurs plus j'y pensais et plus je trouvais étrange le fait d'être convié aux réunions si fermées. En général, seul le kage et le conseil y participaient, à moins que le fait d'être le jinchuriki de Sanbi m'avait offert une place sans que je le sache.

Les arbres défilaient, le vents me frottait le visage et le paysage se dévoilait au fil de ma progression. Je revenais d'un entraînement pour contrôler le bijuu et je pouvais dire que j'étais épuisé. J'en avais les yeux qui seraient presque à se fermés seuls, mais il m'était impossible de m'écouter au risque de m'écraser au sol. J'arrivais sur les alentours des murs de Kiri, quand je remarquais une silhouette qui se déplaçait discrètement parmi les arbres. Un ennemi ? Un espion ? Si cela était le cas, je ne donnais pas chère de sa vie. La branche la plus proche me servit de perchoir pour l'observer de loin et je progressais ainsi jusqu'à voir cette ombre se stopper. Dans un silence égal à un bruissement de feuille, je descendais de mon observatoire et progressais furtivement. C'est arrivé au détour d'un arbre que ma cible reprenait sa marche vers son objectif. Objectif qui m'était totalement inconnu. Il était de mon devoir de me renseigner sur cette personne et donc de voir ce qu'elle pouvait fabriquer.

Les arbres étaient mes meilleurs alliés du moment, il permettait une dissimulation quasi-parfaite, mais les feuilles au sol, en revanche, pouvaient révéler ma présence. Je faisais extrêmement attention, car pour l'instant, j'avais l'effet de surprise si je devais passer à l'offensive. L'homme que je suivais s'arrêta à nouveau et une surprise de taille se dévoila. Leiko, mon épouse était là devant moi en train de traficoter, je ne sais quoi. Au moment de poser le pied au sol, je m’aperçus qu'un fil, très fin, presque invisible était placé là. Un rayon de soleil qui avait percé la couche massive de nuage m'avait indiqué le piège mis en place. Délicatement, je retirais le fil et le kunai avant de poursuivre vers la fille du Mizukage.

-Que fais-tu là ?

D'un ton un peu strict.

Je n'y pouvais rien, c'était ma manière de parler. Je m'approchais dans son dos et lui montrait le kunai en le passant au-dessus de son épaule.

-Je crois que tu as oublié ça. Si tu veux faire un piège, tu t'y prends mal. Il va falloir que je t'enseigne quelques notions. Pourquoi es-tu sorti, Leiko ? Tu sais que c'est dangereux en dehors des murs.


Le bruissement des feuilles par le vent donnait à cette scène, une sorte d'aspect de pièce de théâtre, mais n'en était nullement une. J'avais promis à son père de la protéger et sortir seul n'était pas le meilleur moyen pour exécuter cette perpétuelle mission.
Revenir en haut Aller en bas
Ryu Leiko
Ryu Leiko
Civil - Rang A
Messages : 14
Ryo's : 335
Date d'inscription : 31/10/2017
Age : 28
Localisation : Kiri
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Nov - 14:20

Toranosuke Yuki And Leiko Ryu


Tout se déroulait pour le mieux, réussissant a ôter la plante de son écrin de terre, jusqu'à la racine, la jeune femme avait un fin sourire aux lèvres, la mixture qu’elle préparait plus tard serait d’une qualité irréprochable. Le vent s’agitait et les feuilles volaient légèrement autour d’elle. Mais rien d’alarmant contrairement à la vrai situation. Certes sortir seule n’était pas très conseiller, pour n’importe quel ninja de Kiri et encore plus pour la fille du Mizukage. Mais c’était plus fort quelle… Leiko adorait passer du temps en dehors du village où non loin, d’ailleurs elle se souvient que pendant les missions que donnaient son sensei à l’époque où elle prenait ses cours à l’académie, celui-ci lui reprochait souvent de partir en mode « recherche » comme il le disait… Mais ce n’était pas de sa faute, depuis la mort de sa mère, celle-ci refusait de lâcher l’affaire sur le remède qui aurait pu la sauver. Bref en revenant a la situation actuelle, Leiko était concentré, mais elle sursauta doucement accroupit près des plantes quand elle entendit une voix familière lui demander ce qu’elle faisait là…

La jeune fille se redressa et observa son mari, celui-ci lui parlait toujours avec cette voix froide quand il avait quelque chose a lui reprocher… Elle eut un petit sourire en coin et répondit :

« Comme tu le vois, je fais de la cueillette… mon très cher mari »

La demoiselle observa le Kunai que son homme lui avait présenté devant ses yeux, quand celle-ci fut encore accroupit… Tout en lui indiquant qu’elle l’avait surement oublié ? Vu que son piège n’était pas très au point apparemment. Vu l’expression de son mari et sa phrase lui indiquant qu’il faudrait qu’il lui donne des cours… Voulait tout dire… Mais ce qui la fit tiquer, c’était le ton de reproche quand il lui demanda pourquoi elle était sorti, tout en indiquant que c’était dangereux en dehors des murs du village… Leiko garda son petit sourire aux coins avant de lui répondre.

« J’étouffais… »

C’était la seule justification quelle lui donna avant de prendre un bocal dans son sac, pour enfermer sa précieuse plante puis elle lui tourna le dos avant de continuer en soupirant doucement :

« Et je te signale que je ne suis pas plus en danger qu’un autre. Je sais me défendre, je n’ai pas eu mon diplôme en claquant des doigts, ou encore parce que j’étais la fille du Sandaime… Mais vu que tu es là… Le mot sécurité reprend tout son sens non ?»

Elle adorait le titiller. Le faire sortir un peu de ses gonds, il y avait que comme ça qu’elle obtenait un peu plus d’expression sur son visage. Ce minois qu’elle adorait au passage. Leiko se retourna vers lui un instant et ajouta :

« Pour ce qui est de mon piège »

La fille du mizukage fit un signe de guillemets avec ses doigts avant de continuer.

« il était juste la pour me prévenir d’une éventuelle arrivé inconnu dans ma direction. Mais vu que tu l’as découvert, c’est qu’effectivement, il n’était pas si au point que ça. Mais je sais me défendre je ne suis plus une enfant…»

Leiko lui tenait tête comme a son habitude, s’appuyant contre l’arbre le plus proche. Elle n’était pas la petite épouse parfaite qui restait à la maison sagement à attendre son mari… Qui n’était pas souvent là en plus. Son contact lui manquait beaucoup. Mais têtue comme elle est… Elle ne lui aurait pas avoué…
Citation
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Toranosuke
Yuki Toranosuke
Civil - Rang A
Messages : 81
Ryo's : 457
Date d'inscription : 08/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Nov - 20:07
Une ombre dans les arbres.
«La traîtrise qui m'a été fait ne restera pas impuni.»

« Comme tu le vois, je fais de la cueillette… mon très cher mari »

Son insolence avait la fâcheuse tendance à être habituelle, et cela, depuis nos première rencontre. Il fallait bien avouer que ce n'était pas pour sa douceur, ni pour l'exemple de la femme que je l'avais épousé. Cependant, par sa réponse, il me semblait que mon interlocutrice se moquait de ma question. Et cela ne s'arrêtait pas là. En effet, après lui avoir demander le pourquoi de sa venue ici, en dehors des murs du village, celle-ci me répondait tout bêtement qu'elle « étouffait ». Étouffer de quoi ? D'être libre de ses mouvements ? Je ne comprenais pas vraiment sa réponse, mais je la laissais dire. Elle continua à répondre à mon interpellation.

« Et je te signale que je ne suis pas plus en danger qu’un autre. Je sais me défendre, je n’ai pas eu mon diplôme en claquant des doigts, ou encore parce que j’étais la fille du Sandaime… Mais vu que tu es là… Le mot sécurité reprend tout son sens non ?»

-Je le sais bien ça. Mais, il n'empêche que j'ai promis à ton père de te protéger. Qui, en soit, m'a bien dupé. Enfin bref, là n'est pas le sujet. Imagine qu'une bande de shinobi d'Iwa ou autre village s'infiltre dans le pays, crois tu que tu ferais le poids contre trois ou quatre hommes ? Je ne pense pas. Tu comprends ce que je veux dire ? Et en ce qui concerne ton pic sur le mot « sécurité », je n'y répondrais pas.


Elle avait le don d'être insolente en tout cas. Je m'écartais d'elle afin d'aller chercher une branche et une brindille avant de les mettre devant moi. Ensuite, je les inclinais l'une contre l'autre en forçant sur les deux en expliquant la différence de force entre la grosse branche et la brindille qui sans surprise cassa. L'image que je tentais de lui montrer était simple. Même, en ayant confiance en ses capacités, un surnombre d'ennemi pouvait la battre.

« Pour ce qui est de mon piège, il était juste là pour me prévenir d’une éventuelle arrivée inconnue dans ma direction. Mais vu que tu l’as découvert, c’est qu’effectivement, il n’était pas si au point que ça. Mais je sais me défendre, je ne suis plus une enfant… »

Cela me faisait sourire intérieurement, un simple fil et un kunai sans effet sonore ni même de parchemin explosif ou aveuglant ne servait pas à grand chose mise à part peut-être faire tomber une personne, et encore.

-Je ne veux pas que tu sortes sans escorte, ou alors prouve moi que tu sais combattre et dans ce cas, je ne dirais plus rien sur ce sujet. Quant à tes pièges, il est temps de te montrer deux, trois choses utiles et surtout, efficace. Suis moi.


Je me déplaçais vers une petite clairière plutôt large où les arbres étaient peu nombreux. J'observais les lieux cherchant le meilleur endroit pour un apprentissage expresse. Un ruisseau passait par-là, non loin de frênes, l'endroit idéal.

-Ici, montre moi comment tu mettrais un piège se composant d'un fil et d'un parchemin explosif. Je n'en ai pas sur moi, alors tu me montreras ou tu placerais l'explosion déclenché par l'action du fil.


Voilà que je me mettais à jouer les instructeurs. Ce ne m'était pas arrivé depuis l'arrivée du nouveau jonin qui avait des lacunes dans les placements stratégiques et les déplacements en équipe. J'avais été obligé de jouer les agresseurs pour qu'il comprenne ou est ce qu'il fautait. Je me reculais, l'esprit repensait à ce bref souvenir avant d'observer ma femme.
Revenir en haut Aller en bas
Ryu Leiko
Ryu Leiko
Civil - Rang A
Messages : 14
Ryo's : 335
Date d'inscription : 31/10/2017
Age : 28
Localisation : Kiri
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 13 Nov - 13:42

Toranosuke Yuki And Leiko Ryu



La jeune femme écoutait son mari déblatérer concernant le fait qu’il devait la protéger, dû à sa promesse envers le Sandaime…  Ah parce que c’était pour cela qu’il veillait sur elle… Adossée contre l’arbre, celle-ci perdit son sourire sur le moment. Ecoutant attentivement ses reproches et ses mises en gardes contre d’éventuels ninja d’autres contrés ou encore le village Iwa. Oui, le village de Kiri était en conflits avec Iwa. Un conflit qui avait du mal terminé. A se demandé s’il ne voulait pas comparer leur puissance, à savoir qui avait la plus grande…  Elle tiqua quand celui-ci annonça quelle ne ferait pas le poids contre de trois ou quatre ninjas… Comme si c’était vrai… Leiko savait se battre, même si son champ de prédilection était la médecine et la recherche de nouveau traitements ou remèdes. La jeune femme se garda de faire un commentaire là-dessus, même si elle bouillonnait de l’intérieur et le fait qu’il ne réponde pas à sa provocation exprès la fit sourire.

« Je comprends ce que tu insinues avec ta métaphore imagée… Je sais qu’un ninja seul ne vaut rien contre plusieurs et que l’union fait la force. Mais je ne vais pas demander à quelqu’un de m’accompagner à chaque fois que j’ai des recherches a faire…. ? A moins que tu désires m’accompagner ?»

Leiko lui aurait bien demandé de venir plus tôt, si monsieur était plus souvent à la maison. Car on pouvait comparer ses visites a un courant d’air… Il venait le soir, tard… Et repartait tôt le lendemain. Elle n’avait même pas le temps de discuter avec lui. Etait-ce d’ailleurs la première vraie discussion qu’ils avaient tous les deux ? Quand il lui indiqua qu’elle devait lui prouver qu’elle pouvait survivre seule, ou combattre seule, Leiko haussa un sourcil, avant de le suivre sagement. Tout en ruminant dans sa tête des phrases comme *ça y est, il me prend pour un de ces disciples maintenant… * ou encore * non mais pour qui il se prend*… Elle sortit de ses pensées quand ils arrivèrent dans une clairière assez spacieuse, où les arbres formaient comme un camouflage autour. A côté, on pouvait entendre le bruissement d’un cours d’eau. Tora avait le chic pour trouver ce genre d’endroit isolé. En même temps, depuis toutes ces années, il avait dû en explorer du terrain… Comparer à elle qui devait se limité aux zones où son père lui autorisait à se rendre…

Toranosuke reprit ses paroles, en lui indiquant de lui prouver là et maintenant ses compétences… La jeune fille fit appelle à la technique du « Kekkai Houjin »… Sortant de son sac quatre parchemins explosifs, avant de les placer au sol, prenant une forme géométrique rectangulaire. Elle les activa de sorte que si quelqu’un passait dessus, il serait automatiquement piégé. Les explosions se déclencheraient simultanément… Cette technique avait tout de même un défault… Elle ne pouvait pas être exploitée dans la précipitation. Car il fallait tout de même se concentrer pour les activer afin d’obtenir des dégâts de rang A. Quand elle eut terminée, Leiko regarda son mari, qui semblait l’observer attentivement. On aurait dit un petit shonin avec son sensei… La demoiselle n’aimait pas du tout cette idée.  Donc quand il parut dans ses pensées, la jeune femme se plaça jusqu'à lui avant de se mettre sur la pointe des pieds pour l’embrasser furtivement tout en indiquant :

« J’ai terminé monsieur le professeur… »

Elle s’éloigna de lui en souriant, avant de se poster a côté de son œuvre. Il allait la critiquer, ça elle en était persuader. Mais Leiko avait quand même quelques techniques a son effectif. Même si elle possédait beaucoup plus de « jutsu médical » que de combat. Elle l’observa quand il approcha du piège pour l’étudier sûrement et elle ajouta  

« Tu vas sûrement me dire que j’aurai pu mettre cette technique pour délimiter la zone dans laquelle j’étais. Mais je n’avais tout simplement pas pensée à ça. J’étais tellement absorbé par ma découverte que j’avoue n’avoir pas été prudente… »

Leiko s’appuya de nouveau contre un arbre, attendant le jugement et d’éventuelles réactions de la part de son époux.
Citation
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Toranosuke
Yuki Toranosuke
Civil - Rang A
Messages : 81
Ryo's : 457
Date d'inscription : 08/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 13 Nov - 21:28
Une ombre dans les arbres.
«La traîtrise qui m'a été fait ne restera pas impuni.»

Elle avait compris ce que je voulais lui montrer avec l'exemple des branches et c'était une bonne chose. Mais, je sentais comme un certain ton de reproche ou quelque chose s'y rapprochant que je n'arrivais pas vraiment à décrypter. Elle concluait ensuite sa phrase par une proposition afin de venir avec elle lors de ses escapades dans les bois pour ses recherches. Une demande qui, j'en étais certain, était plus pour être avec moi que pour me rassurer. J'étais conscient que j'étais rarement présent ces derniers temps, mais sans le vouloir, j'étais demandé partout et cette femme, la mienne, n'avait pas l'air de comprendre que ma profession était prenante. Nous étions, jonin, shinobi du village et nous devions être disponible afin de le protéger.

La femme aux cheveux bleus avait commencé à monter son piège en utilisant des parchemins explosifs. Ainsi, elle en avait avec elle, mais n'en avait pas utilisé tout à l'heure ? M'avait-elle ressenti ? Je ne pensais pas. La sensorialité ne faisait pas parti de ses compétences, enfin me semblait-il. Une forme rectangulaire au sol, un parchemin au sol dans les coins et une sorte de champs de force s'activait. Je ne comprenais pas trop cette technique, à quoi pouvait-elle servir. En étant dedans, c'était elle qui se faisait exploser et pour y piéger un ennemi, il fallait qu'il soit pile dedans ou cela ne fonctionnerait pas. J'essayais de m'imaginer diverse situation d'usage pour voir l'utilité, mais la réalité me rattrapa rapidement. Un baiser m'avait effleuré les lèvres avec une voie qui suivait ce mouvement.

« J’ai terminé monsieur le professeur… »

L'observant, elle repartait se mettre contre un arbre avant continuer sur sa lancée.

« Tu vas sûrement me dire que j’aurai pu mettre cette technique pour délimiter la zone dans laquelle j’étais. Mais je n’avais tout simplement pas pensée à ça. J’étais tellement absorbé par ma découverte que j’avoue n’avoir pas été prudente… »

Je regardais à nouveau l'espace ou elle avait travaillé. Un soupir s'échappa de ma bouche.

-Le « monsieur le professeur » n'était pas nécessaire, tu le sais. Tu n'es pas une élève, je fais juste en sorte d'augmenter tes chances de survivre. Tu le comprends ? Ensuite, pour ta technique, je ne vais pas te contre-dire. L'utilisé serait un bon début pour te protéger, reste posé et calme, réfléchis au lieu d'agir directement.


Je prenais un senbon et d'un coup vif, le lançais sur un des parchemins posés au sol. À la seconde où il s'était à peine déchiré, il explosait suivit des autres rendant le tout en une seule et même explosion. Mon visage avait ressenti le souffle de la déflagration et un homme en son intérieur serait mal en point après cela.

- Très bien. Si tu sais bien t'en servir autant en offensif qu'en défensif, elle peut être utile. Cependant, n'oublie pas que tu n'auras pas forcément le temps de préparer quelque chose comme cela. Donc prévois mieux et plus direct.


Je me retournais vers elle, la regardant d'un air sérieux. L'air était frais et un vent plus fort soufflait sur cette clairière. L'humidité commençait à tomber et la luminosité se réduire lentement. La nuit se présentait peu à peu. Sortant un senbon de mon équipement, j'allais bientôt la mettre à l'épreuve sur le corps-à-corps et les lancés d'armes de jet.

-On va avancer un peu. Tu sais que je ne te ferais pas de mal, mais là, il va falloir te défendre.


Je lui lançais mon aiguille vers elle, puis dans la fraction de seconde d'après, j'avais disparu de ma position. Derrière un arbre, un second et un troisième, je me retrouvais derrière elle. Dans un éclair, je me mettais à courir sur elle, mais un problème me prenait le corps entier. Une sensation très douloureuse, comme si mon cœur faisait des bons à en sortir de ma poitrine. Mes muscles qui se raidissaient et ma vue qui s'obstruait de noir. Je n'avais plus aucune notion, ni de lieu, ni de temps, ni rien, une seule chose, l'impression de tomber. C'est finalement le sol qui m'avait récupéré. J'ouvrais les yeux, j'étais face contre terre, le souffle court et le pouls excessivement rapide.

-La fatigue. Sanbi a tenté une ouverture. J'étais à bout et il a essayé. Il va falloir que je sois plus prudent.


Il était vrai que ces derniers temps, je n'avais rien changer à ma façon de vivre. Il n'y avait que mes entraînements qui étaient quelques peu chamboulés, et cela, les exercices de contrôle, me fatiguait énormément. Me retournant, j'observais le ciel s'assombrir, étendu par terre, les premières étoiles daignant se montrer dans le ciel violacé.
Revenir en haut Aller en bas
Ryu Leiko
Ryu Leiko
Civil - Rang A
Messages : 14
Ryo's : 335
Date d'inscription : 31/10/2017
Age : 28
Localisation : Kiri
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 16 Nov - 15:51

Toranosuke Yuki And Leiko Ryu

La jeune fille venait donc d’installer son piège qui demandait un minimum de savoir-faire, mais surtout de patience… Dans une situation critique, où elle n’aurait pas le temps de poser tout ça, cette technique ne servirait à rien… Mais bon, il n’avait point demandé de faire une technique rapide. Donc elle lui montrait donc un piège de rang A. Le voyant dans les nuages, celle-ci n’avait pas hésité à venir l’embrasser doucement mais rapidement, tout en le voyant réagir. Il ne mit pas longtemps à récupérer l’usage de sa langue. Pour dire d’un ton non content, que le « monsieur le professeur » n’était pas utile et qu’elle n’était pas une de ses élèves. *Sans blague …* pensa-t-elle. Il voulait augmenter ces chances de survie… A croire qu’elle n’était pas formée à se défendre. D’un côté, c’était attendrissant de voir qu’il ne voulait pas qu’il lui arrive quelque chose, mais de l’autre, Leiko savait très bien qu’il faisait ça par rapport à sa promesse faite à son paternel. *Etre calme ? Posé ?*

« Ah parce que pour toi, je ne suis pas calme ? Je ne suis bonne qu’à foncer tête baissée ?»

Bon, elle ne l’avouerait jamais, vu la tête de mule qu’elle est, mais Toranosuke n’avait pas tort sur le côté « je fonce dans le tas, je vois après » Mais jamais, de son vivant elle le dirait à haute voix. Par la suite, son cher époux lança un « senbon » d’un coup vif vers le piège. Comme prévu les parchemins explosèrent tous, provoquant un souffle de déflagration vers l’homme et la jeune femme. Leiko se protégea le visage rapidement et souris avec fierté face à l’effet de son piège. Si un ninja était passé dessus, il serait ressortit avec des bonnes brulures, partout sur le corps avec l’incapacité de bouger sans souffrir le martyre. D’ailleurs son mari, lui fit remarquer que si elle savait s’en servir autant en offensif qu’en défensif, alors cette technique pourrait être utile. Mais il lui rappela la contrainte de ce procéder… Le temps de préparation. Leiko hocha la tête avant de dire :

« Oui je sais. Je n’arrive pas à trouver un moyen de la travailler beaucoup plus vite, il me faut bien cinq minutes pour la préparer. Peut-être que tu connaitrais un moyen de l’utiliser plus rapidement ? »

Le temps commençait à changer, l’humidité se faisait plus présente et le jour commençait à s’éteindre doucement pour laisser bientôt place à l’obscurité. Leiko regarda Tora qui sortait un autre « senbon » de son équipement, qu’allait-il faire avec ça ? L’attaquer ? La maintenant ? Contre sa propre épouse ? Remarque la jeune fille n’avait pas peur de passer au corps à corps contre son mari. Les quelques mots qui sortirent de la bouche de son homme, lui confirma sa théorie de l’attaque. Il lui indiqua qu’il ne comptait pas lui faire de mal, mais que là, c’était différent, Leiko allait devoir se défendre. *Mais avec plaisir* La jeune fille se prépara a une attaque, attachant rapidement ses cheveux en une longue queue de cheval, avant de prendre un « Kunai » dans son sac, afin d’intercepter l’aiguille qui fonça vers elle. L’impact entre les deux ustensiles de combat fit un petit « Cling », ce qui permit à Tora de disparaitre rapidement, Leiko se mit à écouter l’environnement autour d’elle, cherchant grâce à son ouïe fine, la trace de son mari. Celle-ci tourna la tête de gauche à droite, avant d’entendre un gémissement de douleurs. Rapidement, Leiko se dirigea vers ce bruit, prête à attaquer. Elle stoppa tout mouvement de coups quand elle vit son homme a terre.

Le ninja médecin qu’elle était, ressortit immédiatement, remarquant les muscles tendus, et le regard un peu perdu de Tora. Elle eut le temps d’entendre la phrase dite avec difficulté. Apparemment, Leiko avait l’hôte de « Sanbi » devant les yeux… Mais aux dernières nouvelles, son père n’avait pas accepté de le confier à qui que ce soit dans le village. D’après ce qu’elle voyait, c’était ce « bijuu » qui pompait l’énergie de Toranosuke. Elle se présenta au-dessus de lui, activant une technique médicale pour lui redonner un peu de force, puisant dans sa propre énergie. Cela lui permettrait de se remettre un peu. Puis elle demanda :

« Tora, comment tu te sens ?»


La jeune femme passa une main douce dans les cheveux de son mari, l’observant avant de prendre dans sa sacoche un remontant en flacon. Elle le déboucha et dit :

« Bois ça… »

Ce petit remède de son cru, devait redonner à celui qui le boit, du « peps » et un détendre les muscles endoloris. Tout simplement donner une sensation de bien-être et de meilleure forme. L’obscurité eut raison de la lumière, offrant un endroit intime et plus dangereux, si quelqu’un voulait attaquer par surprise. La demoiselle observa avec inquiétude son époux avant de demander :

« Tes entrainements ont été rude dernièrement ? Je suppose qu’apprendre à contrôler ce démon doit être très éprouvant non ? »

Elle continua de lui caresser les cheveux, se tenant assise sur ses chevilles, en position « SEIZA ».
Citation
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Toranosuke
Yuki Toranosuke
Civil - Rang A
Messages : 81
Ryo's : 457
Date d'inscription : 08/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Nov - 22:30
Une ombre dans les arbres.
«La traîtrise qui m'a été fait ne restera pas impuni.»

J'étais presque dans le noir le plus total. Non par le fait que le jour faisait place à la nuit au fil des minutes, mais par la perte de la vision. Sanbi, m'avait mis un sacré coup et bien affaibli. Il avait dû sentir ma faiblesse à cause de ces entraînements réguliers. Je sentais quelqu'un arrivé rapidement près de moi, ami ou ennemi, j'étais incapable de le définir. Une chose était certaine, si ce n'était pas un allié, alors ma vie allait s'écourter ici-même. Une voix familière m'appelait :

« Tora, comment tu te sens ?»

Ma femme. Elle avait dû sentir qu'il m'était arrivé quelque chose ou alors c'était le fait que nous étions dans un semblant de combat. En tout cas, elle était là et je sentais sa main dans mes longs cheveux.

*Non, je ne me sens pas bien, sinon je ne serais pas à terre.*

Je pensais pouvoir m'exprimer, mais aucun son ne sortait de ma bouche. Décidément, c'était prie que ce que je pensais. Je sentais ma bouche s'ouvrir sans même que je la commande avec un son au loin, sûrement Leiko, qui devait me parler, puis un liquide entra dans ma bouche. Je n'avais pas la force d'avaler. La substance se frayait un chemin directement dans ma gorge pour entrer dans mon organisme. J'avais cependant toujours les yeux fermés, mais je sentais que quelque chose se produisait en mon être. Comme un regain de force qui venait des instincts presque primitif de survie. Je ne pouvais pas l'expliquer concrètement, mais ce que j'avais ingéré me redonner un semblant de coup de fouet.

« Tes entraînements ont été rudes dernièrement ? Je suppose qu’apprendre à contrôler ce démon doit être très éprouvant non ? »

Comment savait-elle cela ? Je ne lui avais pas parlé de Sanbi. Seul le conseil était au courant ainsi que le Kage. Lorsque j'irais mieux, il me faudra savoir et surtout que cela reste secret. Un temps passait, le son du vent devenait plus présent, l'écoulement de l'eau arrivait peu à peu à mes oreilles et la faible luminosité environnante commençait à percer la noirceur de ma vue. Je reprenais peu à peu une contenance moins fébrile. Les yeux ambrés s'ouvraient à nouveau voyant la chevelure bleu devant moi.

-Leiko ? Ca fait combien de temps qu'on est là ? Tu as fait quelque chose pour me « ramener » vers ce monde ? Je n'étais pas en train de mourir, mais je ne sais pas où j'allais. Il se peut que tu m'aies sauvé. Je te remercie.


Il était rare que je sois aussi gratifiant envers une personne, mais là, il fallait bien l'avouer que je lui devais une fière chandelle. Je revenais peu à peu à moi et essayait de me relever tant bien que mal.
Il me fallu un petit moment pour arriver à me mettre sur mes jambes encore tremblantes.

-Leiko, j'ai une question à te poser. J'ai vaguement entendu que tu parler d'un démon ? Comment es-tu au courant ? Je ne t'en ai pas parlé.


La nuit était presque tombée.

-Viens, on rentre. J'en peux plus. Raconte-moi sur le chemin. En plus, il fait nuit, l'humidité retombe et dans mon état, si on est confronté à une offensive ennemie, je ne serai pas d'un grand secours, au contraire, ce serait plus un danger.


J'étais essoufflé et je m'appuyais sur l'épaule de la femme que j'avais épousée afin de commencer à prendre le chemin de murs fortifié de Kiri et ensuite celui de mon clan.
Revenir en haut Aller en bas
Ryu Leiko
Ryu Leiko
Civil - Rang A
Messages : 14
Ryo's : 335
Date d'inscription : 31/10/2017
Age : 28
Localisation : Kiri
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 22 Nov - 11:39

Toranosuke Yuki And Leiko Ryu


« Sanbi »… ce démon possédant trois queues, est une gigantesque tortue verte et rouge… Il fut capturé, il y a de ça un moment par le village de Kiri. Le « Kage » avait décidé de le conserver a porter de main et avait décidé de l’incorporer dans le corps de son mari… Comment le savait-elle… Une fois de plus, Leiko la fouineuse avait laissé ses oreilles écouter une conversation qui ne la concernait pas. Mais c’était dans sa nature de curieuse de Kiri, car comme elle le disait souvent « le savoir c’est le pouvoir ». Donc quand il eut ce combat entre son paternel et son époux, celle-ci ne fut pas présente évidemment, mais la jeune fille savait que son paternel finirait pas implanter « Sanbi », s’il considérait Toranosuke comme digne ninja le village. A vrai dire, Leiko n’était pas sûr que le plan de son père ait abouti. Mais quand elle vit son mari sombrer, les muscles tendues comme s’il luttait contre quelques choses ou encore de voir que son énergie était au plus bas… Lui avait mis la puce à l’oreille.

Quand la jeune fille déposa ses mains sur son époux afin de le soigner, elle remarqua une différence dans son chakra, après tout ce n’était pas la première fois qu’elle utilisait ses dons médicinales sur lui. La première fois, fut quand il avait lutté pour la sauver de l’enlèvement des ninjas d’Iwa, elle avait bien évidement analysé son flux, mais là, maintenant… Le chakra qui émanait de Tora, était différent de la dernière fois, comme ci on lui avait implanté beaucoup de puissance d’un coup. Donc le temps de faire A + B, la demoiselle devina rapidement la raison de son affaiblissement soudain. Mais elle n’avait jamais dit a son mari, quelle savait ou du moins qu’elle en avait des doutes.

Leiko venait d’administrer un remède de sa conception dans la gorge de son époux, tout en massant celle-ci afin de le faire déglutir et donc avaler ce produit. Doucement mais surement, Tora reprit conscience et demanda depuis combien de temps ils étaient là… tout en demandant si elle avait fait quelque chose pour le ramener dans ce monde. Elle reçut des remerciements, celui-ci lui indiquait, que son épouse l’avait sauvé… La jeune fille lui sourit tendrement avant de répondre soulagé :

« Je dirais que nous sommes dans cet endroit depuis quelques heures, mais tu as perdu connaissance depuis quelques minutes, le temps que je te repère… On devait faire une simulation de combat. Quand je suis arrivé, tu étais a terre.»

Elle sortit de son sac la fiole vide, quelle lui avait donné et ajouta :

« Je t’ai soigné avec un remède de ma conception. D’ailleurs, tu devrais te sentir un peu mieux. Il redonne un peu de force et d’énergie à celui qui l’ingurgite et ne me remercie pas, je n’allais pas te laisser comme ça… Tu m’as surtout fait peur… j’ai cru te perdre »

Leiko lui donna un coup de main, quand celui-ci fit mine de se relever sur ses deux jambes. Il tremblait et ne se sentait pas encore assez en forme pour marcher seul. La jeune femme lui prit son bras et le passa au-dessus de ses épaules avant de le maintenir près d’elle. Prenant le chemin lentement vers le village de Kiri. Elle l’entendit lui demander « comment elle savait pour le « Bijuu », car il ne lui en avait jamais parlé »… La demoiselle se mordit la lèvre avec hésitation, n’aimant pas passer pour une fouineuse, mais elle finit par avouer

« Pour tout te dire… avant que l’on se mari, j’ai entendu une conversation ne me concernant en rien… Mon père disait a l’un de ses conseillers que s’il trouvait que tu avais ce qu’il fallait, il ferait de toi l’hôte de « Sanbi »… Cette nouvelle m’avait révolté… Je ne voulais pas que mon époux prenne sur ses épaules un tel fardeau. »

Elle fit une pause dans sa réponse, l’observant un peu en marchant puis l’aidant un peu mieux a marcher, elle ajouta :

« J’avais espéré qu’il ne le ferait pas… Mais en ayant déjà pratiquer une analyse sur toi, lorsque je t’ai soigné la première fois.. Et le surplus de chakra que tu possèdes m’ont rapidement mis sur la voie … que mon mari était l’hôte du « Bijuu » »

Elle espérait qu’il ne prendrait pas trop mal son inquiétude envers lui et qu’il ne penserait pas qu’elle le croyait indigne de porter « Sanbi »… ce n’était pas ça… Elle ne voulait tout simplement pas qu’il soit en danger. Leiko avança donc en aidant son mari… Elle éprouvait de grand sentiment pour Tora, son cœur l’avait choisi et le fait de le savoir en danger… ne lui plaisait pas trop. Car qui nous dit que dans un futur proche ou lointain, personnes ne viendra réclamer les « Bijuu » de grès et de force. Elle le regarda le sentier de Kiri devant eux. La nuit était bien présente et les villageois devaient certainement commencer à fermer leur boutique ou penser à rentrer chez eux.
Citation
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Toranosuke
Yuki Toranosuke
Civil - Rang A
Messages : 81
Ryo's : 457
Date d'inscription : 08/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Nov - 19:08
Une ombre dans les arbres.
«La traîtrise qui m'a été fait ne restera pas impuni.»

Elle m'expliquait la façon dont elle avait fait pour me faire reprendre connaissance et un peu plus de consistance. Un remède de sa conception avait fait le travail. On pouvait dire qu'au niveau du médical, elle était capable de faire beaucoup avec peu. Elle continuait sur le chemin à m'expliquer comment elle était plus ou moins au courant pour Sanbi.

« Pour tout te dire… avant que l’on se mari, j’ai entendu une conversation ne me concernant en rien… Mon père disait à l’un de ses conseillers que s’il trouvait que tu avais ce qu’il fallait, il ferait de toi l’hôte de « Sanbi »… Cette nouvelle m’avait révolté… Je ne voulais pas que mon époux prenne sur ses épaules un tel fardeau. »

Je ne pensais pas que cela avait été autant prémédité. Ainsi, le Kage avait déjà l'idée de me l'incorporer avant même d'avoir pu en juger. Peut-être par mes états de service et les différentes missions réussies pour le village, ou alors pour ma fidélité et dévotion à Kiri. Je ne savais pas vraiment les véritables raisons, mais cela était fait et je devais vivre avec cela. Elle continuait son récit sur ses craintes et sa compréhension des choses.

« J’avais espéré qu’il ne le ferait pas… Mais en ayant déjà pratiqué une analyse sur toi, lorsque je t’ai soigné la première fois.. Et le surplus de chakra que tu possèdes m’ont rapidement mis sur la voie … que mon mari était l’hôte du « Bijuu »

Décidément, elle avait tout vu venir dès lors ou je mettais effondré.

J'avais du mal avancer. Mes muscles, bien que moins douloureux ne répondait pas correctement et me faisaient mal comme si des couteaux me plantaient de toute part. Le chemin allait être assez long et surtout éprouvant. Le paysage ce clarifié peu à peu laissant place à la zone de surveillance autour des murs d'enceinte. Un terrain sans aucun obstacle, aucun élément pour se cacher, une sorte de "no man's land" ou les intrus se faisaient repérer à la seconde où ils montraient.

-En tout cas, merci de l'aide. Je me sentais vraiment pas bien. Je sais que savoir cette information ne va pas t'aider à être moins inquiète. Ne t'en fais pas, je vais le contrôler. Ce n'est qu'une tortue après tout.


Dans un sourire qui ressemblait plus à une sorte de grimace.

-De plus, je sais que cela fait de moi une cible, mais encore faut-il que nos ennemis sache qui est le jinchuriki, même qu'il sache qu'il y en est de présent à Kiri. Tu n'as pas l'habitude de me voir aussi fragilisé, et d'une manière, je m'excuse de me montrer ainsi.


C'était rare que je m'excuse, mais là, il le fallait. La faiblesse n'était pas quelque chose de bon dans notre village, seuls les forts pouvaient être des leaders et reconnu comme des bon shinobi.
Elle m'épaulait toujours jusqu'à arriver sur le terrain vierge ou là, je me mettais sur mes jambes, étreignant ma femme à la taille pour dissimuler le fait qu'elle me soutenait. Le village était peu à peu en train de se préparer à la nuit et nous allions directement vers notre logement.

-Le kage se passera de mes services pour ce soir. Je ne suis pas en état.


La nuit allait être récupératrice.
FIN.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Wakamono :: Floodouland :: Mémoire du passé :: Anciens RP's-
Sauter vers: